Archives de Tag: histoire enfant battu à mort par ses parents

LE CRIME D’YVETTE QUÉRÉ – ELLE MASSACRE SON FILS DURANT 12 ANS !

YVETTE QUERE A TORTURE SON FILS PENDANT 12 ANS

Nous vous racontons une histoire de maltraitance sur enfant, que l’on qualifierait plutôt de « crime ».

Le bourreau est surnommé « Le Bourreau de PLEUBIAN ».

ENFANT BATTU A MORT - ENFANT TORTURE

YVETTE QUERE : « Le Bourreau de PLEUBIAN »

Yvette QUERE a 5 enfants : 4 filles et 1 garçon.

ENFANT BATTU A MORT - ENFANT TORTURE

YANN GOURIOU

A PLEUBIAN 22610, dans les Côtes-d’Armor en Bretagne, vivait la famille GOURIOU. La mère Yvette QUERE était femme au foyer et le père Joseph GOURIOU était artisan en plâtrerie. Yann GOURIOU était le seul garçon parmi leurs enfants.

Dès la naissance de son fils, le 24 avril 1978, Yvette QUERE ne l’aimait pas et refusait de le prendre dans ses bras.

Dès les premiers jours de sa vie, le nourrisson subissait de la maltraitance en se faisant balancer contre les murs de sa chambre parce qu’il pleurait.

Plus l’enfant prendra de l’âge et plus les actes de tortures de et barbaries d’Yvette QUERE vont progresser en intensité au niveau de la douleur et surtout, sur la longévité de ces douleurs.

Le plus étonnant, c’est que beaucoup de personnes savaient que le fils GOURIOU était maltraité et/ou voyaient bien le petit garçon aller à l’école à pied sous la neige en short et en Tongue, pendant que ses sœurs y allaient en voiture…

Placé à la DASS dès l’âge de ses 6 ans, le fils GOURIOU passait ses weekends et ses vacances scolaires chez ses parents, dans un placard à ballait dans le noir. L’enfant va rester pendant 10 ans à la DASS entre les foyers, les familles d’accueils et l’enfer des séjours passés chez ses parents bourreaux.

Yvette QUERE allait jusqu’à faire des bêtises pour ensuite accuser son fils auprès de son père, comme par exemple, déchirer les cahiers scolaire du petit garçon, ou encore découper les draps de son lit… Quand Joseph GOURIOU rentrait de son travail très tard le soir, Yvette QUERE le disait à son mari pour qu’il aille ensuite donner des coups de ceinture à son fils.

L’enfant subissait vraiment les pires horreurs que l’on puisse imaginer…

Yvette QUERE affamait son fils pour le gaver ensuite et ceci, jusqu’à le faire vomir. Elle l’empêchait d’aller aux toilettes jusqu’à se faire dessus, il était contraint sous les coups d’Yvette QUERE d’ingurgiter ses restes… Yvette QUERE lui faisait manger de la nourriture pour chien et pour chat…

Quelques exemples de tortures qu’à subit Yann GOURIOU par sa mère Yvette QUERE : « Coincer ses doigts dans les portes, bruler sa main sur une plaque électrique, le bruler à la cigarette, le balancer dans les escaliers, épingler son sexe avec des épingles à linge, le faire marcher pieds nus sur des punaises, lui maintenir longuement la tête sous l’eau et sous un oreiller, l’obliger à avaler de la soupe bouillante, Il se prenait des coups de bâtons et des coups de martinet, etc… Yvette QUERE est allée jusqu’à forcer son fils à boire de l’alcool pour le saouler de force, et à lui administrer de fortes quantités de somnifères… »

Un jour de semi-coma, l’enfant a aperçu le visage de son père et lui a dit « Maman ma donner des cachets, maman me fait mal, emmène-moi avec toi au travail demain s’il te plait papa ». Plusieurs fois l’enfant a prévenu son père par ces phrases « Maman me tape » et « Maman me fait mal », mais jamais Joseph GOURIOU n’a voulu protéger son fils contre sa mère bourreau.

Du fait des atrocités de ces actes de tortures et de barbaries, nous considérons ces actes comme un « Crime » et non comme un « Délit ». La différence des deux, est que le « Crime » est puni par de la prison, alors que le « Délit » l’est par une simple amende.

La victime de ces actes de tortures et de barbaries est aujourd’hui adulte et travailleur handicapé à mi-temps, avec un taux d’invalidité à 80%, et ceci à cause des coups et des tortures qu’il a subis par Yvette QUERE dans son enfance. Aujourd’hui, la victime est détruite psychologiquement, même des années après…

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.